FLASH INFO :

Au moins 38 personnes tuées à Idlib en Syrie depuis que le régime Assad a rompu le cessez-le-feu

INTERNATIONAL - Au moins 38 personnes, dont 10 enfants, ont perdu la vie en seulement six jours depuis que la Russie a violé l’accord de cessez-le-feu avec la Turquie dans la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, a déclaré mardi le groupe de défense civile des Casques blancs, tandis que d’autres sources indiquent que ce nombre est encore plus élevé.


Les Casques blancs ont écrit sur « Les civils n’avaient que trois jours de répit avant que les massacres ne recommencent ».

Selon la coordination de l’intervention en Syrie, s’adressant à l’Agence Anadolu (AA), au moins 31 000 personnes ont été déplacées en raison de frappes aériennes, dont 232 ont été effectuées par la et 89 par le régime de Bachar al-Assad. Les personnes déplacées d’Idlib ont principalement cherché refuge dans les zones de l’Opération Rameau d’Olivier et de l’Opération du Bouclier de l’Euphrate près de la frontière turque.

La zone de désescalade d’Idlib a connu une vague de violence et d’attaques contre des civils par le régime d’Assad et ses partisans malgré un cessez-le-feu négocié grâce aux efforts de la . a annoncé le 10 janvier qu’un nouveau cessez-le-feu à Idlib, la troisième tentative ratée de ce type, devait commencer juste après minuit dimanche 12 janvier.

Cependant, quelques jours seulement après l’annonce, des avions à réaction russes ont frappé plusieurs villes tenues par l’opposition à Idlib, selon des témoins et des sources. Ils ont déclaré que les villes de Khan al Subl, Maasaran et plusieurs autres dans le sud de la région d’Idlib ont été prises pour cible après une accalmie de deux jours dans des frappes aériennes contre le dernier bastion de l’opposition qui avait été pilonné pendant plus d’un mois lors d’une nouvelle .

Plus récemment, 12 civils ont été tués mardi alors que des avions de guerre russes visaient diverses zones résidentielles à Idlib. Selon un observatoire de l’opposition, sept de ces victimes étaient des enfants.

« L’attitude agressive du régime (syrien) sur le terrain se poursuit. Le régime doit être arrêté pour la poursuite du processus diplomatique », a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu à Davos, en , dans une interview accordée à la chaîne de télévision NTV.

Les Casques blancs ont déclaré mardi que « 88 personnes, dont un volontaire des Casques blanc, 31 enfants, ont perdu la vie depuis le début du mois de janvier après que des avions de guerre russes et du régime ont lancé plus de 3000 attaques contre des maisons civiles, des marchés publics, des écoles et d’autres éléments vitaux », ajoutant que trois hôpitaux, cinq écoles, six marchés, trois centres de protection civile et de nombreux lieux et installations de rassemblement civil figuraient parmi les cibles des bombardements d’artillerie russes et du régime depuis le début du mois.

En outre, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (SOHR) et les Casques blancs ont annoncé que neuf personnes ont perdu la vie, dont cinq enfants, à la suite de frappes aériennes russes dans la campagne d’Alep lundi. 24 autres personnes ont été blessées. 3 filles ont été tuées dans le village de Kfar Taal tandis que 4 civils, dont 2 autres enfants, sont morts lors de frappes distinctes qui ont frappé d’autres villages de la région. Les Casques blancs ont également déclaré que 2 personnes avaient été tuées par les tirs d’artillerie du SDF terroriste dirigé par les dans la province d’.

La Turquie et la Russie ont convenu en septembre 2018 de faire d’Idlib une zone de désescalade dans laquelle les actes d’agression sont expressément interdits.

Depuis lors, plus de 1 300 civils ont été tués dans les attaques du régime et des forces russes alors que le cessez-le-feu continuait d’être violé.

Le conflit à Idlib remonte presque au début de la guerre civile, la province devenant lentement un bastion de l’opposition et devenant plus tard le seul bastion de l’opposition dans tout le pays. Idlib, qui a reçu des flux massifs de migrants par le biais de déplacements internes et atteint une population de 4 millions d’habitants, a été prise sous contrôle par les forces de l’opposition en 2015 pour la première fois. Depuis lors, il est devenu une cible permanente pour les attaques du régime.

La Turquie, en tant que pays accueillant le plus grand nombre de réfugiés syriens dans le monde, s’efforce depuis longtemps de parvenir à la paix et à la stabilité dans le pays, appelant les acteurs internationaux à prendre des mesures contre la catastrophe qui s’y déroule chaque jour. La Turquie a également fréquemment averti d’autres pays d’une nouvelle vague de réfugiés qui se produirait si les attaques incessantes contre la zone de désescalade se poursuivaient.

Plus d’un million de Syriens se sont déplacés près de la frontière turque en raison des attaques intenses de l’année dernière.

Que pensez-vous de cet article ?

4



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action