FLASH INFO :

La Turquie prête à accueillir à nouveau les touristes, avec de nouvelles mesures

TURQUIE / TOURISME - Le ministre a dévoilé la semaine dernière le certificat « tourisme sûr », décerné sur la base de 132 critères, que les hôtels et restaurants devront respecter pour pouvoir accueillir les clients dans de bonnes conditions sanitaires.


En temps normal, les touristes doivent se lever à l’aube pour obtenir un transat gratuit sur la plage d’, station balnéaire populaire du sud de la Turquie. Mais aujourd’hui, même tard dans la matinée, les meilleurs emplacements sont toujours disponibles.

Comme partout, la pandémie de coronavirus a frappé l’ du , secteur économique vital en Turquie, qui a accueilli l’an dernier un total record de 50 millions de visiteurs étrangers.

Avec la levée des restrictions à travers le monde, y compris l’ouverture progressive des liaisons aériennes, la Turquie essaie d’attirer les touristes pour sauver ce qu’elle peut de la saison estivale.

Dans un hôtel de luxe sur la côte méditerranéenne, des marquages ​​au sol invitent ainsi les clients à respecter la distance sociale, des gels désinfectants sont placés à l’entrée des ascenseurs et des restaurants et tout le personnel porte des protecteurs, selon des journalistes de l’Agence France-Presse (AFP), qui ont participé à un de presse organisé par le ministère turc du Tourisme.

« Nous avons pris des mesures strictes pour protéger nos employés et nos touristes », a déclaré à l’AFP le ministre du Tourisme, Mehmet Nuri Ersoy.

« La Turquie est le pays le mieux préparé pour accueillir les voyageurs », a-t-il déclaré.

Le ministre a dévoilé la semaine dernière le certificat « tourisme sûr », décerné sur la base de 132 critères, que les hôtels et restaurants devront respecter pour pouvoir accueillir les clients dans de bonnes conditions sanitaires.

Environ 500 établissements ont reçu ce label et les autorités espèrent quadrupler le chiffre dans le mois à venir.

Hôtels reconfigurés

Pour obtenir le label du ministère du tourisme, les hôtels doivent également créer une section distincte pour isoler les touristes dont le test COVID-19 est positif.

« Nous avons dû reconfigurer la disposition de nos établissements. Malgré ces dépenses supplémentaires, nous n’augmenterons pas les prix », a déclaré Sururi Çorabatır, président de la Fédération des hôteliers turcs (TÜROFED).

Le gouvernement a également mis en place un régime d’assurance maladie – d’une valeur de 23 euros – couvrant les frais d’hospitalisation des patients COVID-19, auquel les voyageurs peuvent adhérer dès leur arrivée.

L’enjeu est de taille : des hôteliers aux restaurateurs, en passant par les agriculteurs qui vendent leurs produits dans la région, la pandémie a bouleversé la vie de tous ceux qui vivent du tourisme à Antalya.

Le quartier, surnommé « Las Vegas sans casino » du fait de ses hôtels de luxe, ressemble maintenant à une ville fantôme. À l’exception de certaines pharmacies, tous les magasins et restaurants sont fermés.

« En 2019, nous avons accueilli 35 millions de touristes, dont 15 millions en provenance de l’étranger. Depuis le début de l’année, le nombre total est inférieur à un million », a déclaré Deniz Varol, directeur général de l’aéroport d’Antalya.

À l’aéroport, des caméras thermiques mesurent la température des passagers; une salle de quarantaine a été mise en place, ainsi qu’un centre pouvant effectuer 20.000 tests par jour.

Négociations

En l’absence de touristes étrangers, certains Turcs profitent de vacances tranquilles. Deniz Kaya, qui vient chaque année à Antalya, n’a jamais vu la ville « si vide ».

« Les gens font attention, ils passent leurs vacances en respectant les règles de distanciation sociale », a-t-elle expliqué en bronzant au bord de la piscine.

Les touristes étrangers de certains pays ont commencé à arriver progressivement en Turquie la semaine dernière, mais leur nombre augmentera au cours des prochaines semaines à mesure que davantage de pays lèveront les restrictions sur les voyages internationaux. La réouverture des vols pour la plupart des pays sera achevée dans le courant du mois d’août.

La plupart des voyageurs devrait arriver dans les principales zones touristiques de la Turquie, comprenant la ville balnéaire du sud d’Antalya, les villes de Bodrum et Dalaman, ainsi que la province occidentale d’Izmir et .

Cependant, le nombre d’arrivées dépendra des négociations avec les pays d’origine des touristes, dont l’Allemagne, qui a placé la Turquie sur une liste de destinations qu’elle considère comme « zones à risque de coronavirus », et la – l’un des pays les plus infectés au monde. La Turquie envoie quotidiennement an Allemagne des rapports de données sur les cas de virus dans ses stations balnéaires, et a invité une délégation russe à observer les mesures prises dans les hôtels turcs.

Selon des chiffres officiels, la Turquie a enregistré 5.000 décès liés au virus et près de 190.000 cas confirmés d’infection, le nombre de cas enregistrés quotidiennement ayant récemment augmenté, après la levée des restrictions qui étaient en place.

Malgré toutes les difficultés, Ersoy reste optimiste.

« En 2016, année marquée en Turquie par une tentative de coup d’État et plusieurs attaques terroristes, il y a eu une crise grave suivie d’un très fort rebond », a-t-il rappelé.

« Les réservations pour 2021 se multiplient : les touristes n’ont pas oublié la Turquie, bien au contraire! »

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action