FLASH INFO :

La Turquie assouplira les restrictions liées à la pandémie de coronavirus à partir du 1er juin

DOSSIER / CORONAVIRUS - La Turquie lèvera les restrictions sur les déplacements interurbains et permettra aux restaurants, cafés, parcs et installations sportives de rouvrir à partir du 1er juin, car elle assouplit les restrictions imposées pour freiner l’épidémie de coronavirus, a déclaré jeudi le président Recep Tayyip Erdoğan.


S’exprimant après la réunion hebdomadaire du cabinet, Erdoğan a dévoilé les détails des nouvelles étapes de la Turquie vers le retour à la normale.

Le 1er juin, la Turquie lèvera les restrictions de voyage entre les provinces, les fonctionnaires reprendront leur travail normal, a déclaré Erdoğan, tandis que les citoyens seront autorisés à assister à des concerts en plein air. Les bars et les bars à narguilé resteront fermés.

Des restaurants, des cafés, des plages, des parcs, des jardins, des cours de conduite, des musées, des installations sportives, des garderies et des jardins d’enfants rouvriront également à la même date, a-t-il déclaré.

Erdoğan a toutefois ajouté que des restrictions liées à la circulation de certaines catégories de personnes seront maintenues.

En conséquence, des restrictions limitées resteront en place sur les déplacements des personnes de plus de 65 ans et de moins de 18 ans. Les jeunes de 19 et 20 ans seront désormais autorisés à sortir, a-t-il déclaré.

Plus tard, le ministère de l’Intérieur a annoncé que la Turquie continuerait à imposer le couvre-feu dans 15 provinces, dont Istanbul, ce week-end.

Le virus a tué plus de 4 300 personnes en Turquie et infecté près de 160 000.

« Sous le nouvel ordre normal, ne négligeons pas les , la distanciation sociale et l’hygiène », a déclaré Erdoğan lors d’une allocution télévisée.

L’annonce intervient au milieu d’une baisse du nombre de décès et d’infections quotidiens signalés au cours de la semaine dernière.

Début avril, la Turquie a suspendu les déplacements entre 31 villes, dont Istanbul, à l’exclusion du passage en transit et des fournitures essentielles. Elle a ensuite réduit les restrictions à 15 villes, mais elles prendront également fin le 1er juin.

Entre autres mesures d’assouplissement, la Turquie a commencé à exploiter des trains interurbains jeudi après un intervalle de deux mois et les mosquées ont commencé à autoriser les prières de masse le 29 mai.

Plus tôt jeudi, les services de trains interurbains ont repris sur une base limitée. Les trains effectueront 16 trajets quotidiens, reliant les villes d’Ankara, Istanbul, Konya et Eskişehir.

Les trains fonctionnent à mi-capacité et les passagers ne sont autorisés à bord qu’avec une autorisation et un code certifiant qu’ils ne sont pas surveillés pour une infection suspectée au COVID-19.

Le ministre turc des , Adil Karaismailoğlu, a déclaré que les voyageurs présentant des signes de ne seraient pas autorisés à monter dans les trains. Tout passager présentant des symptômes de COVID-19 dans un sera conduit dans une « section d’isolement » spéciale et remis aux autorités sanitaires de la gare la plus proche, a-t-il déclaré.

Le gouvernement a également autorisé la réouverture des centres commerciaux et des salons de coiffure. Les mosquées permettront aux congrégations de faire deux prières pendant la journée à partir de vendredi.
 

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action