FLASH INFO :

Öcalan, chef du groupe terroriste PKK, se dit prêt à mettre un terme au conflit avec l’Etat turc

TURQUIE / LUTTE CONTRE LE TERRORISME - Le chef du groupe terroriste PKK Abdullah Öcalan, s’est dit prêt à trouver une solution au problème kurde et qu’il pourrait mettre fin au conflit entre l’Etat turc en une semaine, ont annoncé ses avocats dans un communiqué.


Selon la déclaration publiée jeudi soir, a déclaré que les n’avaient pas besoin d’un Etat indépendant.

« J’essaie d’ouvrir un espace pour les Kurdes », a-t-il affirmé dans une déclaration relayée par ses avocats. « Je veux dire que je peux mettre fin à ce conflit (…) en une semaine. Je peux le régler, j’ai confiance en moi. Mais l’Etat … doit faire le nécessaire », a-t-il ajouté.

L’offre de négociations d’Öcalan intervient un jour après que la Turquie et les ont conclu un accord pour coordonner et gérer la création d’une dans le nord de la Syrie.

Le nord de la Syrie est actuellement sous le contrôle des forces kurdes soutenues par les États-Unis, y compris l’Unité de Protection du Peuple (YPG), ayant des liens avec Öcalan.

Abdullah Öcalan est le fondateur du Parti des travailleurs du (PKK), reconnu comme une organisation terroriste par la Turquie, l’ et les Etats-Unis, qui a lancé une rébellion séparatiste contre l’Etat turc en 1984.

Öcalan est détenu dans une prison insulaire depuis sa capture au Kenya par les forces spéciales turques en 1999 et est vénéré par tous les sympathisants du PKK, qui le considèrent comme un élément clé de tout processus de paix.

L’interdiction de rendre visite à Öcalan, en place depuis 2011, a été levée en mai lorsque ses avocats l’ont rencontré pour la première fois en huit . Les avocats ont indiqué dans la déclaration qu’ils l’avaient rencontré à nouveau mercredi.

Le conflit déclenché par le groupe terroriste PKK en Turquie a coûté la vie à plus de 40 000 personnes depuis 1984.

Le frère d’Abdullah Öcalan, Mehmet Öcalan, a été autorisé à lui rendre visite en prison en janvier pour la première fois depuis 2016.

Öcalan avait été condamné à mort pour trahison après sa capture par des agents turcs au Kenya, mais cette peine avait été commuée en emprisonnement à vie lorsque la Turquie avait aboli la peine capitale en 2002, à un moment où elle semblait sur le point de devenir membre de l’Union européenne.

Plus tôt cette année, Öcalan a également appelé à la fin de la grève de la faim menée depuis des mois par des milliers de détenus kurdes et plusieurs membres du Parlement.

Que pensez-vous de cet article ?

311



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action