FLASH INFO :

Les forces du régime d’Assad s’emparent de la ville de Khan Cheikhoun, à Idlib

TURQUIE / GUERRE EN SYRIE - Les forces du régime d’Assad se sont emparés mercredi la ville de Khan Cheikhoun, dans le sud d’Idlib, après deux jours de violents combats avec l’opposition, a annoncé l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme, basé au Royaume-Uni.


Les forces du régime d’Assad se sont emparés mercredi la ville de , dans le sud d’, après deux jours de violents combats avec l’opposition, a annoncé l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme, basé au Royaume-Uni.

Les forces du régime syrien ont avancé lundi à Khan Cheikhoun avec l’aide des frappes aériennes russes. La ville appartenait à l’opposition depuis 2014. L’ancrage territorial de l’opposition dans la province voisine de Hama remonterait aux premiers jours du conflit, qui dure maintenant depuis huit ans.

Plus tôt mercredi, les forces du régime avaient complètement encerclé la ville, entourant également la ville de Morek, où se trouve un poste d’observation turc.

Un convoi militaire turc, qui était entré lundi en Syrie pour rejoindre son point d’observation de la ville de Morek, a été pris pour cible par les frappes aériennes du régime, faisant trois morts et 12 blessés.

Peu de temps après la frappe aérienne, le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt , a mis en garde le régime d’Assad contre les agressions répétées de : « Le régime ne devrait pas jouer avec le feu. Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour assurer la sécurité de nos soldats et de nos postes d’observation », a déclaré Çavuşoğlu.

Le porte-parole du président, Ibrahim Kalın, a réitéré mercredi l’avertissement adressé par au régime, demandant à Damas de mettre fin aux violations de l’accord Idlib. S’adressant aux journalistes après une réunion du cabinet, Kalın a déclaré qu’il était « hors de question » de fermer ou de déplacer le poste d’observation turc situé à Morek.

Kalın a également déclaré que le président Recep Tayyip Erdoğan aurait des appels téléphoniques avec le président russe Vladimir et le président américain Donald Trump dans les prochains jours, pour discuter de l’évolution de la situation en Syrie.

La Turquie et la Russie avaient convenu en septembre dernier de transformer Idlib en une zone de désescalade, dans laquelle les actes d’agression seraient formellement interdits. Mais le régime syrien et ses alliés, cependant, ont systématiquement enfreint les termes du cessez-le-feu et lancé de fréquentes attaques à l’intérieur de la région.

Khan Cheikhoun a été la cible d’une au gaz sarin en 2017, qui avait alors déclenché des frappes américaines de missiles contre la Syrie.

Une enquête menée par les Nations Unies et l’Organisation pour l’interdiction des a révélé que le régime syrien était responsable de la libération de gaz sarin sur la ville le 4 avril 2017. Mais Damas nie avoir utilisé de telles armes.

La dernière offensive du régime syrien dans le nord-ouest du pays a forcé des centaines de milliers de personnes à fuir vers la frontière turque. L’Union américaine des organisations de soins médicaux et de secours, qui soutient les installations médicales dans le nord-ouest du pays, affirme que plus de 730 civils ont été tués par le régime ou les forces russes depuis fin avril.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies a déclaré que plus de 500 civils étaient morts au cours des hostilités.

Que pensez-vous de cet article ?

2



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action