FLASH INFO :

Erdoğan : Les milices pro-Assad soutenues par l’Iran ont agi de leur propre initiative près d’Afrin

TURQUIE / LUTTE CONTRE LE TERRORISME - Le président Recep Tayyip Erdoğan a confirmé mardi qu’un groupe terroriste favorable au régime, qui tentait d’entrer dans Afrin en Syrie, a été repoussé par les tirs d’artillerie turcs.


S’exprimant lors d’une conférence de presse avec son homologue macédonien Gjorge Ivanov au complexe présidentiel à , Erdoğan a déclaré que la Turquie était déjà d’accord avec la et l’ concernant et que le groupe terroriste agissait de manière indépendante.

« Malheureusement, ce type d’organisations terroristes font de mauvais pas avec les décisions qu’elles prennent. Pour nous il est impossible de laisser ce genre d’actions se produire. Ils en paieront un lourd tribut », a déclaré Erdoğan.

Plus tôt mardi, les milices pro- se sont retirées dans les zones contrôlées par le régime après que l’armée turque a commencé à bombarder un convoi à 10 kilomètres d’Afrin, pour l’empêcher de combattre aux côtés des Unités de protection du peuple () affiliées au groupe terroriste .

La télévision d’Etat syrienne a rapporté qu’une vingtaine de véhicules équipés de mitrailleuses lourdes entraient dans Afrin depuis les villages voisins de Nobl et Zahraa avec des dizaines d’hommes armés brandissant des drapeaux syriens et scandant des slogans pro-Assad.

L’agence d’Anadolu et les sources sur le terrain ont déclaré que le convoi avait été forcé de se retirer à Nobl et Zahraa après le bombardement.

Dimanche, un haut responsable des YPG a déclaré à Reuters que le groupe avait conclu un accord pour l’entrée de l’armée syrienne à Afrin et que cet accord pourrait être mis en œuvre dans les deux jours.

Cependant, l’accord a été refusé le lendemain par un porte-parole des YPG, Nouri Mahmoud, affirmant que le groupe terroriste n’avait fait appel à l’armée syrienne que pour « venir et protéger les frontières ».

Le ministre turc des Affaires étrangères a averti le régime de ne pas pénétrer dans la ville syrienne peu après que les forces pro-régime ont pénétré « en quelques heures » dans Afrin pour « renforcer » les forces locales face à l’opération Rameau d’Olivier après un accord avec les YPG.

Le président a également eu deux entretiens téléphoniques séparés avec son homologue russe Vladimir Poutine et le président iranien Hassan pour mettre en garde contre une telle mesure.

Que pensez-vous de cet article ?



NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour suivre toute notre actualité.

RÉAGISSEZ

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz

RÉSEAUX SOCIAUX

  • Red'Action